banniere

Conférence

  • HISTOIRE ET PERSPECTIVES DE L’INTEGRATION ECONOMIQUE EN AFRIQUE : CAS DES ETATS DE L’UEMOA

    L’Afrique économique est constituée de simples espaces économiques nationaux diversifiés et juxtaposés depuis les indépendances. Cette situation contribuerait à la marginalisation de l’Afrique dans un monde globalisé. Les enjeux économiques en Afrique sont nombreux : la stabilité économique et monétaire, la consolidation des fondements économiques et financiers.

    Face à l’inconstance des activités économiques, aux contraintes financières et à la fragilisation des bases de croissance, des réflexions se doivent d’être menées sur les nouvelles orientations des économies africaines. De nouvelles visions régionales de développement économique ont été mises en place pour lutter contre la vulnérabilité économique et financière des Etats africains pris individuellement (Exemple du concept de ‘‘Neuvième Economie’’ initié dans les pays membres de l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine)).

    Ces stratégies reposant sur le processus d’intégration économique à l’échelle régionale ou continentale peuvent-elles contribuer à l’accélération de la croissance et l’amélioration des perspectives de développement économique des Etats africains ?

    Le séminaire permettra de connaître les différents systèmes économiques, financiers et monétaires qui ont jalonnés l’histoire économique de l’Afrique de l’Ouest et les perspectives d’avenir.

    Conférenciers

    M.Soumaïla CISSE
    Président de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine,
    Ouagadougou - Burkina Faso

    M.HENRY EPESSE
    Avocat, Consultant à l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique,
    Paris - France

  • CREER SON ENTREPRISE EN AFRIQUE : Aspects Juridiques et Institutionnels, Enjeux et Difficultés

    Les difficultés d’intégration dans les entreprises ou le goût de l’entreprenariat poussent certains jeunes diplômés à se lancer dans la création de leurs propres entreprises sans connaître auparavant les mécanismes et les contraintes qui régissent une telle démarche. Quelque soit le secteur d’activités économiques dans lequel l’on décide d’investir, un certain nombre de formalités se doit d’être rempli sur le plan commercial, financier, juridique et administratif.

    Le choix d’un statut juridique est nécessaire pour permettre à l'entreprise d'exercer son activité en toute légalité. La recherche de financement et l’obtention d’aides sont également des étapes très importantes dans la création d’entreprises.

    A quelles structures doit-on s’adresser afin de connaître les secteurs promoteurs en Côte d’Ivoire et étudier la faisabilité de son projet ?

    Existe-t-il un code des investissements et un cadre juridique protégeant les sociétés et les entreprises de leurs biens ?

    Comment pourrait-on bénéficier de financement d’organismes nationaux (banques) ou internationaux (ONG, Banques internationales) ?

    Le séminaire analysera profondément l’environnement lié à la création d’entreprises en Afrique en général, en Côte d’Ivoire en particulier.

    Conférenciers

    M.PIERRE DAGBO
    Directeur Général du Centre de Promotion des Investissements en Côte d’Ivoire,
    Abidjan - Côte d’Ivoire

    Mme Rosine TANOH ZAGOL
    Directrice du Cabinet CORHS’INTER & ASSOCIES,
    Abidjan - Côte d’Ivoire

    M.HENRY EPESSE
    Avocat, Consultant à l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique,
    Paris - France

  • LIBERALISATION DE LA TELEPHONIE FIXE ET MOBILE EN AFRIQUE: Bilan et Impacts sur le développement des NTIC

    L’Etat de Côte d’Ivoire avait attribué à Côte d'Ivoire TÉLÉCOM, une concession des droits exclusifs (établissement de réseaux de télécommunications ouverts au public, fourniture du service téléphonique fixe et du service télex), le 03 février 1997, pour une durée de vingt (20) ans. Pendant une période de sept (7) années, l'Etat s'interdit de délivrer d'autres concessions portant sur les dits services.

    A la fin de ce monopole (04 février 2004), l'Etat devra procéder à une ouverture plus large de tous les segments du marché. Ce qui devra nécessiter la réforme du cadre juridique et institutionnel.

    Ce séminaire permettra de réfléchir sur la réalité de la libéralisation de la Télécommunication et analyser ses impacts sur le développement des Nouvelles Technologies en Afrique en général, en Côte d’Ivoire en particulier.

    Conférenciers

    M. Labalignon OKOBE
    Président Conseil des Télécommunications de Côte d’Ivoire,
    Abidjan - Côte d’Ivoire

    M. Michel FAYEAUX
    Directeur Général Côte d’Ivoire Télécom,
    Abidjan - Côte d’Ivoire

    M. Michel BERNE
    Enseignant - chercheur à l’Institut National des Télécommunications (INT Evry),
    Paris - France

  • 1